Appel à dons de colis alimentaires.

4x par années, durant deux semaines, il est possible d’apporter des colis alimentaire aux personnes détenues à la prison de Champ-Dollon. Parce qu’il y a beaucoup de personnes qui n’ont pas de proches à proximité de la prison, nous avons décidé de lancer un appel à récolte de Colis alimentaire.

Du 5 au 18 décembre il y a la prochaine période des colis alimentaires à Champ-Dollon.

Continue reading

Solidarité avec les grévistes de la Brénaz!

Communiqué de parlons prisons suite au recours déposé par les grévistes de la Brénaz contre la sanction disciplinaire qu’ils ont subie suite à leur action du 15 juillet dernier.

Le 15 juillet dernier, l’enfermement dans des chaleurs extrêmes a poussé une dizaine de détenus de l’établissement pénitentiaire de la Brenaz (GE) à se mettre en grève. Le chef d’atelier avait refusé d’ouvrir les fenêtres de l’espace de travail où la température avait atteint 35° au moins. La seule réponse de l’administration pénitentiaire à cette demande collective fut punitive : l’isolement cellulaire pour une durée d’une semaine. Aujourd’hui, les détenus sanctionnés déposent un recours contre la sanction disciplinaire qu’ils ont subie.

Continue reading

Paroles de proche #3: Quand il y a la canicule…

Les pires choses à Champ Dollon selon mon mari:
Quand il y a la canicule le pire c’est le cachot il y a une fenêtre mais souvent les gardiens la ferme avec un cadenas. C’est un vrai enfer à l’intérieur. Certains gardiens ouvrent la petite fenêtre mais c’est rare. Ça arrive souvent que les gardiens fassent sauter la promenade.

Lui, il était dans sa cellule prêt à sortir. Il est habillé et il a mis ses chaussures, pris ses cigarettes le gardien ouvre la porte de la cellule et il annonce qu’il dort et lui referme la porte dessus. Et quand mon mari a montré son mécontentement et bien il était directement envoyé au cachot. Et il n’y a pas de caméra pour vérifier si les détenus dorment vraiment ou si les gardiens mentent.

Continue reading

Qui sommes sous?

Angela Yvonne Davis (born January 26, 1944)[3] is an American political activist, philosopher, academic, and author. She is a professor emerita at the University of California, Santa Cruz. Ideologically a Marxist, Davis was a member of the Communist Party USA until 1991, after which she joined the breakaway Committees of Correspondence for Democracy and Socialism. She is the author of over ten books on class, feminism, and the U.S. prison system.

Born to an African American family in Birmingham, Alabama, Davis studied French at Brandeis University and philosophy at the University of Frankfurt in West Germany. Studying under the philosopher Herbert Marcuse, a prominent figure in the Frankfurt School of Marxism, Davis became increasingly interested in far-left politics. Returning to the U.S., she studied at the University of California, San Diego before moving to East Germany, where she gained a doctorate at the Humboldt University of Berlin. Back in the U.S., she joined the Communist Party and, as a Marxist feminist, involved herself in a range of leftist causes, including the second-wave feminist movement, the Black Panther Party, and the campaign against the Vietnam War. In 1969 she was hired as an acting assistant professor of philosophy at the University of California, Los Angeles (UCLA). UCLA’s governing Board of Regents soon fired her due to her Communist Party membership; after a court ruled this illegal, the university fired her again, this time for her use of inflammatory language.

 

Anticarcéral?